real-estate-tag-line

Mes Respects ne me poser pas des questions merci

Mes Respects ne me poser pas des questions merci
En examinant de près, l’image et le statut des femmes noires dans les sociétés africaines anciennes non soumises à une influence étrangère quelconque, on constate que celles-ci sont perçues comme des déesses. La femme noire et son rapport avec l’homme, dans la société africaine de la période pharaonique mérite donc d’être analysée.

Ainsi, il est aisé de constater que même les vestiges archéologiques légués par les premiers Homo Sapiens Sapiens Africanus à travers le monde, témoignent de l’admiration des hommes pour les femmes noires. En effet, ces vestiges sont majoritairement des statuettes de femmes noires (vénus, déesses de la fécondité…).

Dès lors, on comprend que la femme noire était valorisée et vénérée dans sa société, ce qui lui permettait de jouir d’une totale confiance en elle et aussi des mêmes privilèges que les hommes.

Dans l’Afrique ancienne (Egypte/Nubie/Ethiopie)…
La femme n’est pas seulement définie par son sexe mais aussi par sa nature divine. C’est celle qui a la possibilité de donner la vie, de procréer (Messou, Messi). Sa nature profonde est donc valorisée et divinisée.
Au-delà, elle est celle qui, dans son rapport à l’homme, jouie d’une quadruple perceptions. En effet, elle est la mère, l’épouse, la déesse et la sœur. Héritée du sédentarisme et du matriarcat, cette perception sociale reflète les idéaux spirituels des africains anciens :
La divinité de la sagesse, de la vérité et de la justice (Maat) est une femme,
La protection de pharaon était confiée à une nubienne, la déesse Anouket,
Isis, était à la fois la femme et la sœur d’Osiris,
La mère est désignée en écriture hiéroglyphique par le vautour en raison de l’attention que porte cet animal à sa progéniture.
Ainsi, tout comme les déesses, les Africains anciens représentaient leur femme de couleur or (jaune, l’or est la chair des déesses) dans leurs réalisations artistiques (peintures, sculptures, etc…).
Il est encore intéressant de noter que l’homme est généralement représenté avec sa femme, ou placé entre sa femme et une déesse (exemple celle de sa localité pour un personnage important).

La littérature égyptienne nous révèle encore que les hommes, prenaient soin de leur femme et de leur vie familiale.
« Fils respectueux, tendres époux, parents attentifs et bien souvent indulgents, ils tenaient avec un zèle que l’on pourrait qualifier de méthodique, à pratiquer les vertus qu’ils avaient en grand honneur. Et maintes fois, à les en croire, ils donnèrent l’exemple aux générations futures » souligne Elisabeth Laffont (Cf. Les livres de sagesses des pharaons, éd. Folio).

Ainsi, dans la société africaine ancienne non soumise à une influence étrangère, la femme était perçue comme la complémentarité de l’homme, la maîtresse de maison, la beauté féminine personnifiée, une source de stabilité et de sagesse, une amante créative, une sœur avertie, une étincelle d’érotisme, une mère attentionnée et une future déesse céleste.

La projection divine de sa relation avec l’homme engendra le principe des représentations de la vierge à l’enfant (NB. les représentations d’Isis allaitant son fils Horus, sont les archétypes des représentations de la vierge Marie allaitant Jésus enfant) et de la Trinité : père, mère, enfant (qui deviendra dans les sociétés nomades occidentales : père, fils et St Esprit (la mère a disparu)).

Aucune fonction ou filière d’études n’était interdite aux femmes. Ainsi, dans l’histoire africaine on trouve des femmes médecins (Pesechet), pharaon (hatchepsout), reine (Nzinga), chef des armées (Amani Renas), Ministre des Affaires étrangères (Tiyi), etc… Le roi dirige avec la femme qui jouent aussi le rôle de conseillère (épouse, mère).

Dans la vision religieuse africaine, Dieu aime la femme autant que l’homme. Le couple marié forme alors une seule enveloppe spirituelle.
Cette icône de beauté fut célébrée dans le passé, par les autres peuples. La Bible fournit une preuve indéniable que la beauté noire était idéalisée autrefois (ex. Cantique des cantiques dans la Bible : « Je suis noire et belle » ou encore la Reine Shaba).

La valeur de soi s’acquiert aussi dans le regard de l’autre. Si le regard des hommes noirs sur les femmes noires est sincère, respectueux, responsable (socialement, économiquement, familialement, culturellement…), valorisant et attentionné, nul doute que cela contribuera à faire rayonner de nouveau la beauté noire dans le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 days ago

Jean Marc Henry

L’heure est grave.
Notre démocratie, celle que nous avions choisie, désirée, n’est plus.
Quand un gouvernement utilise la violence à travers sa police et sa gendarmerie pour faire taire les demandes d’un peuple, on ne plus parler de démocratie. Le mot exact est DICTATURE.

Comment pardonner les blessés, gazés, mutilés parmi nos parents, nos grand-mères, grands-pères, nos enfants, et même nos handicapés....?

Vous là-haut, qui soumettez nos forces de l’ordre à de tels actes face à leur semblables, vous devez payer pour ce crime. Il n’y a pas d’autre mot que CRIME.

D’ailleurs, en ce moment, ceux que l’on jette en prison sont des prisonniers politiques. Oui, c’est encore le mot juste, car nous avons plus le droit de dire notre mécontentement, ni de crier pour notre liberté. Mais nous ne lâcherons pas, même devant la menace de vos bourreaux.

Enfants de la nation ! Notre dignité est en jeu. Nous sommes en train d’écrire une nouvelle page de l’histoire de France, comme l'ont fait jadis nos ancêtres.

Nous avons le devoir, pour les générations futures, de nous tenir droits, avec dignité, devant le canon de l'oppresseur.

Et prenez-en conscience : la cause des gilets jaunes en France ne s’arrête aux frontières. Elle est internationale, pour ne pas dire universelle. Il s’agit de lutter contre la répression des peuples.

Car le monde entier vit sous la répression.
Nous sommes les esclaves de 2% d’ êtres humains de cette planète.
Mais aujourd’hui nous prenons le courage de notre liberté. Nous en avons assez de nous mentir à nous-mêmes au sujet de nos conditions de vie.
Nous avons compris le vrai sens de l’adage « diviser pour mieux régner » . Oui, on nous divise, nous catégorise pour nous monter les uns contre les autres. Mais c’est terminé.... Le peuple a ouvert ses yeux.

Chacun a pris la main de son voisin sans distinction de religion ni de couleur, « en marche » vers une vie meilleure.

Et maintenant, ils ont peur. Car sachez que la plus grande peur de cette élite est de nous voir tous unis sous le même drapeau : celui de la VRAIE VÉRITÉ , de la JUSTE ÉGALITÉ, et de la SINCÈRE FRATERNITÉ.

On nous parle toujours d'une 3ème guerre mondiale. Personne ne la souhaite. Mais si cela continue elle viendra du peuple, un peuple fatigué, un peuple à bout des répressions, un peuple déchiré, meurtri, un peuple de misère qui essaie malgré tout de sourire encore.

Les diaboliques 2% qui ont la main mise sur cette planète tuent chaque jour à petit feu des milliers d’êtres humains, en les soumettant à de petites vies minables, en les empoissonnant au nom de rentabilité des industries, en les vaccinant, en les punissant pour quelques kilomètres /heure.
Les lois qu’ils créent ne servent qu’à les protéger eux, ou à les enrichir.
Et ensuite ils viennent nous reprocher les dégâts, le sang et les larmes ?
Oui nous nous sommes organisés comme un peuple en colère peut le faire, et nous nous organiserons encore pour anéantir ce mal qui nous détruit.

Il est temps mettre en place des grèves générales et sans limites, car ce ne sont pas les élites qui font vivre le peuple, mais le peuple qui fait vivre les élites du monde entier.

Aujourd’hui, nous, le peuple, nous prenons conscience que NOUS sommes la puissance de ce monde.

Les élites du monde se tiennent tous mains dans la main pour garder le contrôle, mais nous avons compris que main dans la main notre valeur est bien plus grande. C’est ainsi que nous allons récupérer ce qui nous revient : notre liberté.

Parlons un peu des médias. Quelle supercherie. Les médias sont corrompus à la solde des élites à qui ils appartiennent. Bientôt, eux aussi devront rendre des comptes. Qu’ils cessent dès aujourd’hui !! Chers médias, nous savons. Nous ne voulons plus de vos manipulations !!!

Quant à vous, les forces de l’ordre. Ne vous trompez pas d’ennemis. Faites preuve de discernement, qui est l’un des fondements de votre vocation. Sur qui tirez-vous ? Vous devez protéger le peuple, et non une élite.

Les puissants jouent sur nos peurs à tous, sur nos faiblesses, façonnant la conscience collective à leur convenance, en ne laissant paraître qu’un espoir de confort illusoire.

Lorsqu’un dirigeant laisse son peuple mourir sous l'oppression, on parle bien de crime contre l'humanité.

Nous y sommes, et tous les oppresseurs de ce monde devront bientôt répondre devant les assembles citoyennes du monde entier.

Gardez à l’esprit que ceux ferment les yeux devant cette triste réalité sont soit inconscients, soit lâches, soit corrompus, car nul ne peut fermer les yeux sur la misère de son propre frère.

Ne vous en prenez pas aux premiers : le réveil est toujours très difficile, et certains se lèvent plus tard que d’autres, mais ils seront très vite parmi nous.

N’oublions jamais : La déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1793 énonce en son article 35 : « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs».

Mon grand-père, en tant que résistant, me disait toujours que sur cette terre, il n’y pas de différence entre les hommes devant le fusil du bourreau.

Mes condoléances aux familles endeuillées par la perte d'un fils, d'un frère, d'une sœur, d'un père, d'une mère, morts récemment pour la France et la liberté.

Arrêtons de ces gouvernements injustes, changeons cela tous ensemble !

Ils plieront ! Nous sommes des millions face à une poignée, et notre combat est juste.

COURAGE à tous, ce n'est que le début.

Jean Marc Henry
...

View on Facebook

2 days ago

Jean Marc Henry

Chères Citoyennes, Cher Citoyens,

L’heure est grave. Notre démocratie, celle que nous avions choisie, désirée, n’est plus.
Quand un gouvernement utilise la violence à travers sa police et sa gendarmerie pour faire taire les demandes d’un peuple, on ne plus parler de démocratie. Le mot exact est DICTATURE.

Comment pardonner les blessés, gazés, mutilés parmi nos parents, nos grand-mères, grands-pères, nos enfants, et même nos handicapés....?

Vous là-haut, qui soumettez nos forces de l’ordre à de tels actes face à leur semblables, vous devez payer pour ce crime. Il n’y a pas d’autre mot que CRIME.

D’ailleurs, en ce moment, ceux que l’on jette en prison sont des prisonniers politiques. Oui, c’est encore le mot juste, car nous avons plus le droit de dire notre mécontentement, ni de crier pour notre liberté. Mais nous ne lâcherons pas, même devant la menace de vos bourreaux.

Enfants de la nation ! Notre dignité est en jeu. Nous sommes en train d’écrire une nouvelle page de l’histoire de France, comme l'ont fait jadis nos ancêtres.

Nous avons le devoir, pour les générations futures, de nous tenir droits, avec dignité, devant le canon de l'oppresseur.

Et prenez-en conscience : la cause des gilets jaunes en France ne s’arrête aux frontières. Elle est internationale, pour ne pas dire universelle. Il s’agit de lutter contre la répression des peuples.

Car le monde entier vit sous la répression.
Nous sommes les esclaves de 2% d’ êtres humains de cette planète.
Mais aujourd’hui nous prenons le courage de notre liberté. Nous en avons assez de nous mentir à nous-mêmes au sujet de nos conditions de vie.
Nous avons compris le vrai sens de l’adage « diviser pour mieux régner » . Oui, on nous divise, nous catégorise pour nous monter les uns contre les autres. Mais c’est terminé.... Le peuple a ouvert ses yeux.

Chacun a pris la main de son voisin sans distinction de religion ni de couleur, « en marche » vers une vie meilleure.

Et maintenant, ils ont peur. Car sachez que la plus grande peur de cette élite est de nous voir tous unis sous le même drapeau : celui de la VRAIE VÉRITÉ , de la JUSTE ÉGALITÉ, et de la SINCÈRE FRATERNITÉ.

On nous parle toujours d'une 3ème guerre mondiale. Personne ne la souhaite. Mais si cela continue elle viendra du peuple, un peuple fatigué, un peuple à bout des répressions, un peuple déchiré, meurtri, un peuple de misère qui essaie malgré tout de sourire encore.

Les diaboliques 2% qui ont la main mise sur cette planète tuent chaque jour à petit feu des milliers d’êtres humains, en les soumettant à de petites vies minables, en les empoissonnant au nom de rentabilité des industries, en les vaccinant, en les punissant pour quelques kilomètres /heure.
Les lois qu’ils créent ne servent qu’à les protéger eux, ou à les enrichir.
Et ensuite ils viennent nous reprocher les dégâts, le sang et les larmes ?
Oui nous nous sommes organisés comme un peuple en colère peut le faire, et nous nous organiserons encore pour anéantir ce mal qui nous détruit.

Il est temps mettre en place des grèves générales et sans limites, car ce ne sont pas les élites qui font vivre le peuple, mais le peuple qui fait vivre les élites du monde entier.

Aujourd’hui, nous, le peuple, nous prenons conscience que NOUS sommes la puissance de ce monde.

Les élites du monde se tiennent tous mains dans la main pour garder le contrôle, mais nous avons compris que main dans la main notre valeur est bien plus grande. C’est ainsi que nous allons récupérer ce qui nous revient : notre liberté.

Parlons un peu des médias. Quelle supercherie. Les médias sont corrompus à la solde des élites à qui ils appartiennent. Bientôt, eux aussi devront rendre des comptes. Qu’ils cessent dès aujourd’hui !! Chers médias, nous savons. Nous ne voulons plus de vos manipulations !!!

Quant à vous, les forces de l’ordre. Ne vous trompez pas d’ennemis. Faites preuve de discernement, qui est l’un des fondements de votre vocation. Sur qui tirez-vous ? Vous devez protéger le peuple, et non une élite.

Les puissants jouent sur nos peurs à tous, sur nos faiblesses, façonnant la conscience collective à leur convenance, en ne laissant paraître qu’un espoir de confort illusoire.

Lorsqu’un dirigeant laisse son peuple mourir sous l'oppression, on parle bien de crime contre l'humanité.

Nous y sommes, et tous les oppresseurs de ce monde devront bientôt répondre devant les assembles citoyennes du monde entier.

Gardez à l’esprit que ceux ferment les yeux devant cette triste réalité sont soit inconscients, soit lâches, soit corrompus, car nul ne peut fermer les yeux sur la misère de son propre frère.

Ne vous en prenez pas aux premiers : le réveil est toujours très difficile, et certains se lèvent plus tard que d’autres, mais ils seront très vite parmi nous.

N’oublions jamais : La déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1793 énonce en son article 35 : « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs».

Mon grand-père, en tant que résistant, me disait toujours que sur cette terre, il n’y pas de différence entre les hommes devant le fusil du bourreau.

Mes condoléances aux familles endeuillées par la perte d'un fils, d'un frère, d'une soeur, d'un père, d'une mère, morts récemment pour la France et la liberté.

Arrêtons de ces gouvernements injustes, changeons cela tous ensemble !

Ils plieront ! Nous sommes des millions face à une poignée, et notre combat est juste.

COURAGE à tous, ce n'est que le début.

Jean Marc Henry
...

View on Facebook