real-estate-tag-line

La patience n’est pas innée

La patience n’est pas innée, elle se « travaille » !

La patience nous apprend à laisser mûrir un objectif, à tempérer nos ardeurs, car rien ne peut s’accomplir en un claquement de doigts. De manière à ne pas se lasser, les objectifs doivent être atteignables.

Pour patienter face aux situations qui ne dépendent pas de notre volonté, le mieux c’est de lâcher-prise, de relativiser ou de trouver le coté « positif » qu’elles peuvent avoir.
L’attente peut sembler interminable si l’on est impatient, en revanche en gardant notre sang froid et en le prenant comme un test à notre capacité à faire preuve de patience et aussi comme un test à la tolérance, cela peut s’avérer enrichissant. Car comme dit le poète « patience et longueur de temps, font mieux que force ni que rage… »
Cette vertu se « cultive » car elle demande un dépassement de soi de tous les instants. Elle nous permet de laisser exprimer notre humanité en étant plus tolérant et civilisé, car grâce à elle nous apprenons à dépasser nos limites.

Elle nous aide à se satisfaire momentanément de ce que l’on a et à vivre l’instant présent avec calme et sérénité. C’est une force qui nous permet de voir la vie autrement pour faire face aux difficultés de la vie.

La patience est « prometteuse » de résultats, de réalisation de buts, d’espoirs, de changements…., mais elle doit être accompagnée d’action pour les obtenir. L’attentisme uniquement, risque fort de ne pas aboutir aux changements désirés et peut se transformer en résignation.

Pour faire face à l’impatience, il est bon de privilégier l’observation et la réflexion en prenant le temps d’accueillir ce que nous vivons pour mieux l’assimiler. Chaque action doit faire l’objet de réflexion, puis de temps pour en ressentir les bienfaits.
En étant trop pressés on a pas le temps de profiter du moment présent et on risque de passer à coté de moments importants de notre vie. Apprenons à nous engager à aller au bout des choses, l’empressement fait que parfois on abandonne un projet en cours.

« La patience est une vertu qui s’acquiert avec de la patience ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 days ago

Jean Marc Henry

Ne te préoccupe pas de ce que les autres pensent de toi.
Crois en toi, va de l’avant, ose.

La vérité, c'est que tout le monde te fera du mal un jour ou l'autre.

S’affirmer, c’est se respecter et être en accord avec soi, avec ce que nous sommes et l’assumer, quelles que soient les circonstances et le regard qui nous est porté.

De toute façon, quoi que nous fassions, nous ne pouvons empêcher d’être soumis aux jugements et à la critique, alors autant se laisser aller à être soi en acceptant le risque de déplaire.

Rappelle-toi, le plus grand échec est de n’avoir jamais essayé.
Tu seras peut-être déçue si tu échoues, mais tu seras vouée à l’échec si tu n’essayes pas, car l'échec n’est pas le contraire de la réussite, il fait partie intégrante du processus de la réussite !

Rien n’est figé, tout a une durée. Les évènements et les émotions sont éphémères, ils vont et viennent, ils ne sont pas permanents. Ils n’affectent pas notre vie entière, mais juste une période ou un moment de notre vie. Qu’ils soient bons ou mauvais, ils auront forcément une fin. Alors profite de chaque instant et ne perds jamais confiance en toi.

À quoi sert de faire semblant, car avec le temps, on redevient ce que l'on est.
T'auras beau essayer de fuir, essayer de courir, ta nature va te rattraper.
Osons-nous à la vie et faisons qu’elle soit belle.
Assumons ce que nous sommes, laissons-nous aller.
À n’être que nous-mêmes, et pas un modèle.

Le vrai fort, c’est celui qui ne renonce jamais à ce qu’il croit.
...

View on Facebook

7 days ago

Jean Marc Henry

Le bien et le mal se touchent de si près qu'il est impossible de savoir où finit l'un et où comme l'autre.

Quand j'ai ouvert cette page, je n'aurai pas imaginé atteindre les 1000 personnes.

Aujourd'hui, je vous en remercie ! Merci de faire vivre cette page et de m'encourager par vos réactions à continuer de faire ce que j'aime !

Si nous en sommes là, c’est que « le mal » l’emporte sur « le bien », que le conflit l’emporte sur la paix, et la haine sur l’amour…

Pour inverser cette tendance, il faut donc que l’humanité soit davantage porteuse de paix, d’indulgence, de compassions, etc. Jusque-là, je pense que tout est bien logique pour tout le monde.

Pourtant, ce n’est pas ce que nous vivons. Inutile d’aller bien loin, pour se frotter à l’agressivité ambiante qui règne entre les êtres humains…

Il suffit simplement de dire « Je t'aime », c'est dire « J'ai envie d'être avec toi, et quand je n'y suis pas, je suis malheureux, tu me manques ». Dire « Je t'aime », c'est dire « Quand, je te regarde, quelque chose s'adoucit en moi et je veux te serrer contre moi ».

Tout le monde sait que la solution à la guerre est la paix et tout le monde sait que la solution à la haine est l’amour, mais pourquoi ne jamais dire, je t'aime !!!

Alors constatez simplement que l’humanité est très mal à l’aise avec l’Amour et le fait de s’aimer soi-même. Ce sera le premier exercice à faire. Plus de personnes qui s’aiment constituent une « masse » plus positive. Cette même masse bienveillante contamine petit à petit, gagne du terrain. Au fur et à mesure, cette collectivité est majoritaire deviendra le monde que nous attendons tous, un monde en paix rempli que des gens qui s’aiment.

Aimez la vie, la vie vous aimera. ...
La vie c'est un livre qu'on aime, c'est un enfant qui joue à vos pieds, un outil qu'on tient bien dans sa main, un banc pour se reposer le soir devant sa maison. ...
L'important dans la vie n'est pas ce qu'on aime, c'est d'aimer.

Dites « je t’aime »
...

View on Facebook