real-estate-tag-line

L'Ouganda

vu par Jean Marc Henry

Si je pouvais refaire le monde

Parfois, je pense au monde dans lequel on vit et je me sens découragé et je peine à avoir foi en l’avenir de l’humanité. Puisque je ne crois pas être le seul et je tenais à vous partager ce que je ferais si j’avais la chance de refaire le monde dans lequel on vit.

Je souhaite à tous bien sûr la santé, le bonheur, le succès, un monde sans guerre, sans dictature, etc… mais avant tout, je souhaite à tous une bonne dose d’humanité!

Je visiterais le monde entier pour aller mettre un peu de soleil et de joie dans la vie. Je rebâtirais d’un coup de baguette, tous les paysages massacrés et détruits par nous, les humains. Certains disent que nous naissons tous égaux.

J’aimerais tant ne pas en douter. Pourquoi certains naissent dans la guerre, les massacres et la violence ?
Pensons seulement à la situation dans le monde de cette misère des guerres des hommes emprisonnés pour leurs idées.

C’est d’une horreur à glacer le sang. Si nous naissions égaux, personne ne vivrait de telles situations.

C’est en nous unissant que nous pourrons changer les choses. Nous devons faire plus que de n’être que des spectateurs.

Et vous, comment serait votre monde idéal?

Le monde

 

  • On peut mentir une fois à tout le monde, toujours à une personne, mais pas tout le temps à tout le monde.
  • Vous ne pouvez pas créer la prospérité en décourageant l’épargne.
  • Vous ne pouvez pas donner la force au faible en affaiblissant le fort.
  • Vous ne pouvez pas aider le salarié en anéantissant l’employeur.
  • Vous ne pouvez pas encourager la fraternité humaine en encourageant la lutte des classes.
  • Vous ne pouvez pas aider le pauvre en ruinant le riche.
  • Vous ne pouvez pas éviter les ennuis en dépensant plus que vous gagnez.
  • Vous ne pouvez pas forcer le caractère et le courage en décourageant l’initiative et l’indépendance.
  • Vous ne pouvez pas aider les hommes continuellement en faisant à leur place ce qu’ils devraient faire eux-mêmes.
  • Dans certains cas, il vaut mieux se taire et passer pour un imbécile, que parler et lever ainsi le doute à ce sujet.

Uganda vision 2040

In 2007, Cabinet approved the National Vision Statement.
“A Transformed Ugandan Society from a Peasant to a Modern and Prosperous Country within 30 years”

The National Planning Authority in consultation with other government institutions and other stakeholders developed a Uganda Vision 2040 to operationalize this Vision statement and it was launched on 18th April 2013.

Uganda Vision 2040 builds on the progress that has been made in addressing the strategic bottlenecks that have constrained Uganda’s socio-economic development since her independence, including; ideological disorientation, weak private sector, underdeveloped human resources, inadequate infrastructure, small market, lack of industrialization, underdeveloped services sector, under-development of agriculture, and poor democracy, among others.

It is conceptualized around strengthening the fundamentals of the economy to harness the abundant opportunities around the country. The opportunities include; oil and gas, tour-ism, minerals, ICT business, abundant labour force, geographical location and trade, water resources, industrialization, and agriculture.

On the other hand, the fundamentals include: infrastructure for (energy, transport, water, oil and gasThe implementation of Vision 2040 will depend on the actions and measures that we undertake as Government, private sector, civil society and as individuals through short and medium-term National Development Plans.

Le grand homme sait quand et en quoi il est un petit homme

Le grand homme sait quand et en quoi il est un petit homme. Le petit homme ignore qu’il est petit et il a peur d’en prendre conscience.
 

« Le grand homme sait quand et en quoi il est un petit homme. Le petit homme ignore qu’il est petit et il a peur d’en prendre conscience. Il dissimule sa petitesse et son étroitesse d’esprit derrière des rêves de force et de grandeur, derrière la force et la grandeur d’autres hommes.

Il est fier des grands chefs de guerre, mais il n’est pas fier de lui. Il admire la pensée qu’il n’a pas conçue, au lieu d’admirer celle qu’il a conçue. Il croit d’autant plus aux choses qu’il ne les comprend pas, et il ne croit pas à la justesses des idées dont il saisit facilement le sens. »

La souffrance et la douleur sont toujours indispensables pour une conscience large et pour un coeur profond.

Les hommes qui sont vraiment grands, me semblent-il, ils doivent ressentir dans le monde une grande tristesse

 « In reading the lives of great men, I found that the first victory they won was over themselves… self-discipline with all of them came first. »

Rien n’est impossible aux grands hommes.

The British in uganda

In 1875 the explorer Henry Stanley reached Uganda. At that time Uganda was divided into kingdoms. Shortly afterwards the first missionaries came to Uganda. The first Anglican missionaries arrived in Uganda in 1877. The first Roman Catholic missionaries arrived in 1879. Catholics, Protestants and Muslims all tried to convert the Ugandans.

However there was much hostility to the new religions. In 1885 James Hannington the first bishop of Eastern Equatorial Africa was murdered.

Nevertheless in the wake of missionaries came trade. In 1888 the British government gave the British East Africa Company control of Uganda. Meanwhile the European powers decided to divide up Africa among themselves. In 1890 Germany and Britain signed an agreement confirming that Uganda was in the British sphere of influence.

Gradually the company took control of Uganda and the local chiefs were reduced to being puppet rulers.

Finally in 1894 the British government made Uganda a protectorate (colony). However the traditional chiefs were kept as puppets.

In 1904 cotton was introduced to Uganda and by 1914 huge amounts of cotton were being exported. Moreover in the 1920s large amounts of tea and coffee were grown in Uganda.

Meanwhile the missionaries provided schools for Ugandans and literacy became increasingly common. In 1920 executive and legislative councils were formed in Uganda. The country continued to develop and in 1929 a railway joined Toror and Soroti.

During World War II Uganda exported wood for the war effort. However the Ugandans were becoming restive. Riots took place in 1945 and in 1949. Yet in 1945 the first 3 Africans were appointed to the legislative council. In 1950 the number of African members was increased to 8.

Furthermore after World War II the governor Sir John Hall (1944-1951) promoted mining in Uganda. In 1954 a hydroelectric plant was opened at the Owen Falls on the Nile. Meanwhile coffee and cotton exports boomed.

A census in 1948 showed there were almost 5 million African Ugandans, almost 37,000 Asians and less than 3,500 Europeans. (From the end of the 19th century many Asians migrated to Uganda and they formed a middle class of traders and shopkeepers between the natives and the whites).

Uganda Becomes Independent

Yet a ‘wind of change’ was blowing through Africa in the early 1960s and Uganda became independent from Britain on 9 October 1962. The first constitution was federalist. The first president of Uganda was Mutesa, King of Buganda and the first prime minister was Milton Obote.

However Milton Obote had no intention of sharing power with the president. In 1966 he staged a coup and the president fled abroad. Obote became dictator. However in January 1971 when Obote was in Singapore attending a meeting Idi Amin staged a coup.

Amin turned out to be one of the worst tyrants of the 20th century. The number of people he murdered was at least 100,000 and possible many more. Apart from those Ugandans who were shot others were tortured to death or bludgeoned to death with sledgehammers or iron bars.

Amin also decided to help himself to the Ugandan Asian’s wealth. There were about 70,000 Asians in Uganda in 1972 many of them shopkeepers and businessmen. Amin gave them 90 days to leave the country. They were forced to leave most of their property behind and it was shared among Amin’s cronies.

However as a result of the loss of the Asian’s skills and the murders of many professional Ugandans the economy collapsed. Infrastructure such as roads and water supply deteriorated.

In order to distract attention from the terrible economic situation in Uganda Amin decided to invade Tanzania on 30 October 1978. However the war turned into a disaster for Amin. Early in 1979 the Tanzanians invaded Uganda and Amin’s forces fled.

Unfortunately Amin was never brought to justice for his terrible crimes. He fled abroad and died in 2003.

After the war elections were held and Obote became prime minister again. However the election was rigged so Obote’s opponents formed a guerrilla army to fight him. It was called the National Resistance Army and soon it controlled a large part of western Uganda.

Meanwhile Obote attempted to make himself a dictator once again. He introduced a repressive regime, imprisoning anyone who opposed him and muzzling the press. Western journalists were expelled from Uganda.

However the National Resistance Army took more and more territory. Finally in 1986 they entered the capital and took over all of Uganda apart from parts of the north. Yet Obote’s supporters in the north were eventually persuaded to lay down their arms.

With the return of political stability economic growth began again in Uganda and during the 1990s Uganda prospered. Many of the Asians who had fled to Britain were persuaded to return to Uganda.

However Yoweri Museveni the new president refused to allow political parties until 2005.

Uganda in the 21st Century

Today Uganda is still mainly an agricultural country and its main export is coffee. Yet the economy of Uganda is growing steadily and there is every reason to be optimistic about its future. Today the population of Uganda is 37 million.

Le peuple du monde

Le peuple doit être le dirigeant suprême et permanent de tout mouvement de changement.

Et cela n’est possible que si l’on invente et si l’on crée de nouvelles formes de pouvoir populaire, que si le peuple est dès maintenant le protagoniste de la lutte pour la liberté et non son soutient passif.

Car, la volonté populaire n’a jamais pu, á la fois, ordonner et obtenir satisfaction, donner une orientation au départ et veiller á l’exécution de la politique choisie par elle, se reconnaître dans l’action menée, ressentir la fierté d’avoir manifesté sa souveraineté dans la décision prise d’abord, dans la mise en place ensuite. Or, depuis plus des décennies le pouvoir a été monopolisé.

Le monde, il en a le sentiment très net, de n’être pas jamais associé aux décisions, même si l’on fait mine de le consulter de temps en temps, par exemple, par référendums, qui évoque á la fois la main et la carte forcées.

Il sent très bien qu’il n’a pas les moyens de faire passer sa volonté dans les faits, et chaque prétendue consultation électorale lui donne l’impression d’une tricherie. Il s’estime trompé.

Il s’estime trompé et se sent traité en mineur. Ce que nous pouvons dire, ce qu’il a accepté jusqu’á aujourd’hui, par dégoût d’avoir été trompé, par tous ses dirigeants, il ne l’acceptera pas toujours.

Le jour où le peuple aura choisi les bases de son existence, il les imposera á tous, même á ces groupes qui ne sont redoutables que dans l’apathie, le silence et le découragement des masses.

Cette ferveur serait admirable si elle était spontanée.

Jean Marc Henry

Voyage au cœur de l’Ouganda

Mon avion pour l’Ouganda a décollé quelques jours après l’émission d’un communiqué  de dernière minute de la diplomatie Française, nous demandant de ne pas partir sans être enregistré sur leur application Ariane.

Les ressortissants français étaient invités à redoubler de vigilance dans les lieux publics fréquentés, en particulier aux heures et jours d’affluence : hôtels/restaurants, bars, centres commerciaux, lieux de culte…

La vérité est que j’ai reçu un accueil des plus chaleureux de mes frères Ougandais. Pour ma part j’ai traversé villes et villages en toute sécurité. Et je n’ai rien constaté d’alarmant… Il serait temps d’arrêter cette hypocrisie !  C’est curieux, je traverse depuis des années des pays sous alerte et il ne m’arrive jamais rien, même quand ils sont en guerre …. Peut-être devrions-nous être un peu plus humbles et ouverts avec les pays qui nous accueillent plutôt que de jouer un rôle alarmiste qui ne nous va pas ?

J’ai eu la chance de passer du temps avec les hautes autorités de ce pays, et d’échanger sur différents sujets comme le développement économique, le désir de faire évoluer les choses, et le partenariat « win to win » comme disent les américains. Ce pays a un énorme potentiel de réussite économique, mais peut-être devrions-nous écouter davantage ce que le peuple ougandais a  à nous dire que plutôt que de vouloir toujours imposer nos propres règles.

J’aime ces hommes qui prennent le temps d’écouter, autour d’un café, loin des protocoles de la capitale. J’ai vu des villageois s’adresser directement aux chefs pour leurs doléances, et être écoutés et pris en considération.

Je ne dis pas que ces hommes sont parfaits. Nul n’est parfait. Mais au moins ils essaient de faire évoluer les choses, souvent dans des situations où nous-mêmes aurions les plus grandes difficultés.

Le chef et moi-même avons beaucoup parlé de ce que nous pouvons faire ensemble. Puis il m’a questionné sur le Maroc, lorsqu’il a réalisé que j’y vivais. J’ai répondu que ce pays était un réel exemple de développement en Afrique, ce à quoi il m’a répondu « Un jour j’y viendrais. »

Mon séjour terminé, je suis rentré à Rabat. Quelques temps plus tard, l’Autorité m’appelle et me dit : « nous nous sommes réuni pour le discours du Roi à la télévision.  Nous sommes admiratifs de la vision de l’Afrique qu’a ce Roi, ses mots sont d’une grande sagesse. »

J’ai trouvé cela incroyable de la part de cette personne de haute fonction. Il a simplement pris son téléphone pour me dire ces paroles venant du cœur.

Je terminerai mon récit par ces proverbes ougandais :

« Tu ne deviens un homme que lorsque tu as construit ta propre maison. »

« Le chasseur à la poursuite de l’éléphant ne s’arrête pas pour lancer des pierres aux oiseaux. »

Jean Marc Henry

Jean Marc Henry en Ouganda 4
Jean Marc Henry en Ouganda 2

« Tu ne deviens un homme que lorsque tu as construit ta propre maison. »

— Proverbe Ougandais - Jean Marc henry

« Le chasseur à la poursuite de l'éléphant ne s'arrête pas pour lancer des pierres aux oiseaux.»

— Proverbe Ougandais - jean Marc Henry