real-estate-tag-line

Défendre toute bonne cause peut conduire au sacrifice suprême

il y va de la défense de la liberté, de la paix, de l’Etat de droit, de l’indépendance /souveraineté internationale, du contrôle des ressources naturelles d’un pays par ses fils, enfin de tout ce qui peut contribuer au mieux–être des générations futures.
Il nous rappelle ce grand homme d’Etat européen qui disait à ses concitoyens qu’il est un mortel, et oui nous sommes des mortels. Mais, n’oublions point, que la destruction peut se manifester sous sa forme la plus vicieuse et là il s’agit de s’attaquer à notre intégrité et à notre honneur par le truchement de diffamation, de l’intoxication, de la délation, de la distorsion de nos idées et de nos intentions…etc. Sur ce terrain précis, nous avons toujours individuellement et collectivement nos actes et les faits comme réponse.
Les Africains se doivent de se rendre à l’évidence que ni les amis de ce continent (Dieu seul sait que ces bonnes volontés se dévouent corps et âmes pour notre cause : l’éradication de la pauvreté, les soins aux plus démunis et bien d’autres actions humanitaires) ne pourront aller au-delà de leur mission. En dernier ressort, l’Afrique sera pour les générations futures ce que nous en ferons aujourd’hui.
Les Africains se doivent également d’accepter de se voir traîner dans la boue et reconnaître que si la lutte se centrait sur leur personne, elle est d’avance perdue. Toutefois, si une telle lutte est menée au nom des générations futures, les combattants de la liberté et /ou défenseurs des bonnes causes peuvent commencer à célébrer la victoire dès son engagement/ déclenchement.
Il s’agit en fait d’une victoire infailliblement gagnée pour et au nom de la postérité. Aujourd’hui plus que jamais, aucun Africain ne peut se soustraire à la lutte pour la bonne cause et consentir les sacrifices inhérents pour faire de ce continent au bout de ce siècle, cette Afrique de nos rêves et de nos réalités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ceux qui cachent leur souffrance le plus longtemps sont souvent ceux qui ont le plus de cœur.

Avoir du coeur

Avoir du cœur, ce n’est pas être faible ou mettre en péril ses chances de réussite dans la vie. Bien au contraire. Les hommes et les femmes de cœur, ceux qui prennent le temps d’accueillir et de découvrir l’autre, ceux qui ont la patience de la bonté ou l’audace imprévisible de la confiance, ont plus de chance de faire avancer finalement le monde que les violents ou les haineux, les égoïstes ou les insolents.

Avoir du cœur, c’est penser à son bonheur, mais aussi à celui des autres. Mais ça sert à quoi d’avoir un cœur ? Tout simplement à aimer et aussi à être aimer. Malheureusement, les femmes assimilent la gentillesse des hommes à de la faiblesse et les hommes assimilent la gentillesse des femmes à un manque de caractère.
Il y a des gens peu intelligent qui on un vrai sens de l’affection comme il y a des gens très intelligents qui on du mal à savoir aimer. Un élan spontané de générosité ne demande pas d’intelligence particulière.

Une personne qui a un cœur en or c’est quelqu’un qui sera là, sans rien demander en retour car tout ce qu’il fera sera fait de bon cœur et non par profit. C’est la qualité d’une personne capable de faire abstraction d’elle-même pour le bien des autres.
Les gens qui ont un cœur d’or sont souvent pris pour des faibles même si en réalité ce sont eux qui sont les plus forts car il est souvent plus difficile de faire le bien que le mal.
C’est souvent les gens les plus aimants, ceux au plus grand cœur, qui souffrent le plus, qui sont les premiers enfermés dans la cage de la solitude et de la tristesse… Peut-être parce que ceux qui n’ont pas de cœur ne peuvent pas souffrir. Il faut avoir un cœur pour souffrir. Alors j’imagine que dans la mesure où la douleur est attachée au cœur, elle est proportionnelle à sa taille et à sa sensibilité.

La plupart des gens prennent l’impassibilité pour un manque de cœur, mais c’est qu’ils ne savent pas regarder… car en définitive la personne souffre mais ne le montre pas. Bien souvent, ceux qui prétendent avoir du cœur parce qu’ils souffrent ostensiblement ne voient même pas la souffrance de l’autre. Un cœur qui s’arrête aux apparences et qui passe son temps à pleurer n’est qu’égoïste parce qu’il est entièrement tourné vers lui-même. Ceux qui cachent leur souffrance le plus longtemps sont souvent ceux qui ont le plus de cœur.
...

View on Facebook

Fête de l’indépendance : 62ème anniversaire d’une marche vers la prospérité.

La Fête de l'Indépendance offre aussi l'occasion de rendre un vibrant hommage au père de la Nation Feu SM Mohammed V qui, par sa foi inébranlable, sa détermination sans faille et son dévouement exemplaire au service de la cause de son peuple, a su mener le Royaume vers une nouvelle ère, signifiant la victoire du droit sur l'injustice et de la dignité sur l'asservissement.

«Le retour du Souverain fut marqué par des transports d'allégresse, d'enthousiasme, et par un irrésistible élan populaire vers celui qui avait symbolisé durant si longtemps le courage et l'espérance ».
...

View on Facebook